On parle souvent de newsletters (lettre d’information, que c’est pas joli…), vecteur obsolète, non pris en compte, encombrant les boites de réceptions. La réalité est que le vecteur nommé ci-dessus est peut être juste utilisé de manière lacunaire. Et oui, une newsletter n’est pas qu’un amoncellement de liens, une suite d’extraits de presse. Une newsletter est, ou devrait être un véritable vecteur d’informations, je dirai même de connaissances.

Effectivement, si à la dimension « information » on pouvait intégrer une dimension de recontextualisation, de réflexion, en somme d’analyse, cette newsletter pourrait faire adhérer. Les destinataires seraient concernés et pourraient devenir acteurs.

Cette situation est tout à fait notable dans le cadre de la communication interne d’ailleurs. La newsletter permet ainsi de porter le focus sur telle ou telle personnalité (au sens très large, car tout le monde est personnalité) de l’entreprise, sur telle ou telle activité, elle permet de lier, de susciter des questions, ou tout du moins des interrogations.

La newsletter reste un excellent moyen de valoriser les collaborateurs en les impliquant, en fédérant. Il est un des outils du knowledge management. « Think collaborative ».

Voici un article que je vous conseille: Culture RP » La newsletter, l’irréductible village gaulois de la communication interne

Non la newsletter n’est pas morte, elle se transforme en bulletin de veille, en compte rendu informationnel, en outil de la capitalisation de connaissance. Le leitmotiv pourrait être: du visuel, de l’infographie, de la cotation de sources et d’infos, de l’analyse, du partage, et surtout: du retour…