Depuis le 25 mai dernier, le fameux Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est devenu obligatoire pour l’ensemble des structures (entreprises et associations, grands groupes ou libéraux) traitant des données à caractère personnel. Il est donc demandé aux dites structures d’obtenir le consentement, autrement dit, notre autorisation afin de traiter nos données.

Il me semble intéressant de relayer cet article provenant de la CNIL et montrant différentes méthodes pour savoir ce que nous publions, ou plutôt ce que nous avons publié sur les réseaux sociaux. Là nul besoin de consentement puisque bien souvent nous étalons nous même notre vie et nos données personnelles. Il est nécessaire à mon avis de prendre en compte cet état de fait contemporain.

Certes, la règlementation est importante, nécessaire et indispensable, mais il est bien plus indispensable de s’autodiscipliner, de prendre conscience que les recoupements d’informations ou de données que l’on peut juger « peu importants », permettraient, in fine, d’obtenir plus de choses nous concernant que ce que nous voulions initialement proposer.

À ceux qui disent: « je m’en fous, je n’ai rien à cacher », je leur propose de diffuser leurs informations bancaires sur les fameux réseaux, ils pourront en évaluer les répercussions… riche idée non?

via Réseaux sociaux : téléchargez tout ce que vous avez publié en un clic ! | CNIL